Stéphanie rétablit une situation compromise après son divorce

Amoureuse, sécurisée par les revenus confortables de son mari et la vie agréable qu’ils menaient ensemble, Stéphanie était loin d’imaginer qu’elle frôlerait le surendettement. Sans travail et criblée de dettes après un divorce difficile, elle a réagi à temps. C’est le rachat de crédit qui l’a sauvée.

Louis et Stéphanie Koder se sont mariés sous le régime de la communauté en 2003 à Bazas, petite commune de Gironde. Durant tout le mariage, le couple a cumulé les crédits : une maison, plusieurs voitures, des meubles, des voyages, un cabinet médical.
Louis Koder est chirurgien dentiste. Il a créé son propre cabinet dans la maison familiale, l’équipant avec le meilleur matériel disponible sur le marché.
Stéphanie est infirmière de formation, elle a quitté son travail à l’hôpital pour assister son mari lors des consultations au cabinet.

Le 10 Avril 2009, le couple Koder se sépare. Stéphanie reprend son nom de jeune fille, Dubois, mais sa situation n’est plus la même qu’avant son mariage.

Le régime des biens communs impose, lors du divorce, le partage des biens achetés pendant le mariage. Les dettes sont également partagées par les deux ex-époux. La situation financière de Stéphanie se corse.

Le divorce la conduit au surendettement

Après la revente de la vaste maison, Stéphanie a contracté un nouveau crédit pour l’achat d’un modeste appartement sur Bordeaux. Dès lors, bien qu’ayant retrouvé un emploi à temps complet depuis quelques mois, Stéphanie a dû rapidement faire face au surendettement. La pension alimentaire que Louis lui verse est de 1 200 € et ne reflète en rien sa vie passée.

Une décision juridique défavorable, des frais importants, Stéphanie se voyait déjà au bord du gouffre. Elle a pensé qu’elle ne s’en sortirait jamais sans passer par une procédure de rétablissement personnel.
Plutôt que de laisser la situation lui échapper complètement, Stéphanie a décidé de réagir. Par hasard, sur internet, elle a découvert les services de Crédit Immobilier Direct. Avant que sa situation ne s’envenime, avant d’être fichée au FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers), Stéphanie a demandé un diagnostic sur sa situation sur Stop-surendettement.com, un service de Crédit Immobilier Direct.

Tous ses anciens crédits sont rassemblés en un seul

Dès le lendemain, le premier contact avec le télécourtier et la réponse positive de l’organisme de crédit, sélectionné quelques jours après, ont amorcé les rétablissements financier et moral de Stéphanie. Elle n’était plus seule. Des solutions étaient enfin envisageables.
Tous les crédits contractés avec son ex-époux ont été rassemblés en un seul et son endettement a été considérablement réduit. Elle y voyait plus clair sur sa situation, perdait moins de temps en négociations avec ses créanciers et surtout pouvait faire de nouveaux projets.

 

 

 

 

 

(*) Sous réserve d’acceptation du dossier par SYGMA Banque 18 rue de Londres 75 009 PARIS 9 – SIREN 327 511 036 RCS PARIS – APE 651 C, ORIAS : 07 004 966, Tél : +33 (5) 56 55 56 00, et après expiration du délai de rétractation en vigueur. Les TAEG fixes incluent tous les frais et sont calculés hors assurance facultative.

(**) Exemple représentatif indiqué sur la base d’une 1ère échéance 30 jours après la date du financement.
Coût mensuel de l’assurance facultative de 0,10 % du capital emprunté – contrat groupe N°2244/542 (Décès, Invalidité, Arrêt de Travail) souscrit auprès des Assureurs CARDIF Assurance Vie, S.A. au capital de 625 756 496 €, 732 028 154 R.C.S. Paris et CARDIF-Assurances Risques Divers, S.A. au capital de 14 784 000 €, 308 896 547 R.C.S dont le siège social est au 1 Boulevard Haussmann 75 009 Paris. Conditions en vigueur au 01/10/2010.