Les autres causes du surendettement

On parle aujourd’hui de surendettement actif et de surendettement passif. Il serait cependant réducteur de s’en tenir là. Au cours de l’histoire économique récente, depuis la fin des 30 glorieuses, le surendettement a connu diverses causes, qui parfois se sont combinées.

Repères historiques du surendettement

1979, deuxième choc pétrolier. La croissance du pouvoir d’achat des ménages fléchit brusquement. Les effets de la politique de relance initiée par le gouvernement Mauroy cessent de se faire sentir à partir de 1983 : second coup d’arrêt.
Malgré la maîtrise autoritaire du crédit par les pouvoirs publics, certains ménages empruntent pour maintenir leur niveau de consommation.
Endettement croissant, stagnation des revenus, deux facteurs qui font apparaître les premiers signes d’un endettement excessif en France.

L’accession à la propriété et le surendettement des ménages

Les intérêts progressifs

Au cours des années 80, certains ménages ont plongé dans le surendettement suite à la mise en place de produits bancaires inadaptés aux changements de la conjoncture économique.

Les prêts d’accession à la propriété à intérêts progressifs, qui tablaient sur une hausse constante et soutenue du pouvoir d’achat, n’avaient plus lieu d’être dans des périodes de stagnation des salaires. Nombre d’accédants à la propriété des années 1980 – 85 ont connu le surendettement pour ses raisons. Les intérêts progressifs n’ont été supprimés qu’en 1991.

L’apport personnel

Les systèmes de financements publics pour faciliter l’accès à la propriété comme le prêt à taux 0, le 1% logement, le crédit-relais… ont longtemps et injustement été considérés comme constitutifs d’apport personnel avant un achat.
Bien qu’avantageux, ces produits n’en accroissent pas moins l’endettement et jouent sur la spirale du surendettement.

Les logements neufs et le surendettement

A la fin des années 90, les pouvoirs publics ont sur-stimulé l’accession à la propriété dans des logements neufs ou en construction, tout en entravant le marché de l’ancien. De fait, de nombreux nouveaux accédants se sont trouvés en but au surendettement pour cause de décote de leur investissement. De neuf, leur logement devenait ancien, dès lors que les personnes s’installaient, et perdait une bonne partie de sa valeur.