« Qui veut gagner ma maison ? » : un concours pour sortir du surendettement

En situation de surendettement, et après avoir épuisé toutes les solutions qui s’offrent à eux, certains particuliers n’hésitent pas à frapper fort et à se servir des moyens de communication en vogue pour faire du bruit. Réseaux sociaux, buzz, site Internet avec visite virtuelle ; voilà les outils utilisés par un couple de Haute Garonne pour crier leur besoin de sortir du surendettement !

L’histoire

Alain Bauqué a 54 ans. Sa femme et lui sont passionnés par la restauration et ont ouvert deux établissements, un bar-restaurant chacun. Pour Monsieur à Colomiers, à Léguevin pour Madame. Dans un souci de présence auprès de leur jeune fils, ils ont investi dans l’immobilier et possèdent une maison à Colomiers et une résidence secondaire à Léguevin. Mme Baqué peut alors concilier les horaires tardifs de son commerce et le quotidien de son fils.

Leur vie bascule le jour où Alain Baqué enchaîne faux pas (mise en place d’ « Happy Hour » interdits) et galères en tout genre. Il entame alors sa descente aux enfers avec un redressement fiscal de 470 000€. Sa position de caution solidaire ne lui permet pas de ralentir la chute, bien au contraire. L’illustration typique de la spirale du surendettement.

De son côté, sa femme subit un problème que beaucoup de restaurateurs de petits villages connaissent : une déviation est créée à Léguevin pour détourner les axes routiers fréquentés du village. Plus de clientèles le midi, beaucoup moins le soir. Les touristes et voyageurs ne s’arrêtent plus pour une escale à Léguevin, devenue ex-ville étape.

Heureusement locataire des murs, elle arrête net son activité et retrouve rapidement un travail d’employée de mairie à Colomiers.

Alain Baqué lui, a été embauché comme simple employé de restaurant.

Devant l’abîme creusé par les dettes du foyer, pris à la gorge par le surendettement, le couple décide de frapper fort et de se battre jusqu’au bout.

Le concept

La famille Baqué, avec l’aide d’un ami, a mis en place un site internet (http://solidariteendettement.fr), un jeu-concours avec un titre accrocheur : « Qui veut gagner ma maison ? » et même une visite virtuelle pour apprécier le lot. Et ce lot, c’est justement la maison ! La résidence secondaire du couple à Léguevin, une belle bâtisse de 155m² estimée à 350000€.

Pour participer et rendre légaux tirage au sort et récompense, l’internaute doit dépenser 35€ à l’inscription puis remplir en moins de 2 minutes un questionnaire de culture générale. Ce questionnaire est ouvert du 2 Mai au 2 Août 2011. Le gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses et remportera la maison.

Notaire, huissier et avocat ont été mis sur le coup pour faire de ce jeu concours un modèle de légalité et de transparence (n.b. : un précédent existe avec cependant quelques doutes sur son bienfondé).

Le résultat espéré

Avec cette opération, la famille Baqué souhaite rassembler quelques 18 000 participants afin d’obtenir la somme suffisante pour régler définitivement les dettes et autres crédits qui les ont poussés au surendettement.

La date limite est fixée par les autorités compétentes au mois d’Août 2011. Si Alain Baqué et sa famille sortent du surendettement, celui-ci promet de créer une association qui viendrait en aide aux foyers surendettés.